“Rita Loving, la prof “des stars de l’opéra”

dossier-archives-la-nouvelle-republique-_-tarifs-et-acces.jpg

La Nouvelle République du Centre-Ouest

CHER
SAINT AMAND, mardi 14 octobre 2008, p. 21

RENCONTRE

Rita Loving, la prof ‘ des stars de l’opéra

Matthieu Le Gall

Pianiste, elle accompagne les plus grands chanteurs d’opéras. Rencontre

avec la New-Yorkaise Rita Loving, de passage à Bruère-Allichamps.

Petite, des yeux malicieux et des cheveux de feu, Rita Loving semble tout droit sortie d’un film de Woody Allen. On l’imagine sans peine trotter sur la Cinquième Avenue, à New York, vantant la beauté de Wagner et enterrant la campagne des Républicains par un trait d’esprit. Si elle est née au coeur de la grande pomme – « sur la 77e Rue. Je suis une vraie New-Yorkaise, et croyez-moi, il n’en reste plus beaucoup ! » - Rita habite aujourd’hui Munich. Et ce modèle réduit n’est pas actrice, mais musicienne. Rita Loving est répétitrice à l’opéra de Munich. C’est dans la capitale bavaroise qu’elle a rencontré son amie Christine Begassat, qui l’a accueillie pour les vacances dans sa maison de Bruère-Allichamps.

Elle a composé

deux comédies

musicales

Mirella Freni, Montserrat Caballe et Barbara Bonnet chez les chanteuses, Placido Domingo, Luciano Pavarotti et Bryn Terfell chez les chanteurs, cette musicienne formée à la Manhattan school of music a fait répéter les plus grandes stars de l’opéra. Répétitrice ? Un drôle de métier. A-t-on déjà dit à Michael Schumacher comment il devait conduire ? Les chanteurs sont des sportifs de haut niveau, capables de chanter dans les plus belles salles du monde sans micro. « Pourtant, eux aussi veulent entendre les conseils d’une oreille extérieure, explique Rita Loving. Tous, lorsqu’ils répètent un opéra, sont avides de connaissance. Vous m’imaginer en train de dire à Placido Domingo, l’un des plus grands, ” tu devrais faire comme ci, tu devrais faire comme ça ” ? Au début, j’étais très nerveuse. »

Reconnue pour sa maîtrise du répertoire français (Berlioz, Gounod, etc.), Rita Loving s’intéresse aussi à ce qu’écoutent les jeunes générations. Sa belle-fille, Jennifer Rush, a régné sur les charts durant les années 1980 avec le tube The power of love, repris plus tard par Céline Dion. Mais pour Rita, l’acclimatation avec la variété s’est faite avec plus ou moins de bonheur. « J’aime beaucoup la pop, mais j’ai un vrai problème avec le rock. Que voulez-vous, j’adore les mélodies, comme les chansons de Sinatra. » Et en véritable New-Yorkaise, elle se passionne pour la comédie musicale. Corde supplémentaire à son arc, elle en a composé deux.

nr.saintamandAnrco.fr

Illustration(s) :

En vacances à Bruère, Rita Loving a découvert les charmes du Berry. Installée en Allemagne depuis 1978, elle reste profondément New-Yorkaise : « Lorsque j’y retourne, je me dis ” mon dieu que l’Europe est plus belle ” ! Mais après une semaine, je me sens à nouveau chez moi ».

© 2008 La Nouvelle République du Centre-Ouest. Tous droits réservés.